Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tranche de merlan

Prêt immobilier : notre expérience avec un courtier

15 Décembre 2016, 14:48pm

Publié par LeMerlanFrit

Je vous en parlais récemment quand je vous ai raconté notre parcours pour un premier achat immobilier : nous avons fait appel à un courtier pour trouver un prêt immobilier le plus avantageux possible. Comment cela s'est-il passé ? Recommencerions-nous une prochaine fois ? Voici notre expérience !

(StartupStockPhotos, Pixabay)

(StartupStockPhotos, Pixabay)

Tout d'abord, pourquoi faire appel à un courtier ?

En fait, le premier réflexe quand on cherche à financer un achat immobilier, c'est de faire appel à sa propre banque. De notre côté, nous avons chacun une banque différente et encore une troisième banque pour notre compte joint (héritage de mes parents qui m'ont toujours dit de ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier !).

Ce sont déjà nos banques qui, dans un premier temps, fournissent des simulations pour estimer l'enveloppe dont nous disposons. Mais s'agissant de faire affaire avec elles, il n'est pas dit qu'elles soient les plus avantageuses quant au taux, quand bien même on aurait pu espérer se voir proposer une offre avantageuse après de nombreuses années en tant que client...

Mon père m'a d'ailleurs raconté que pour son premier achat, il avait demandé à sa banque de lui faire tout de suite sa meilleur offre. Elle avait fait une offre, il était allé voir d'autres banques... Voyant que mon père avait obtenu de meilleures offres ailleurs, sa banque s'était alignée, preuve qu'elle n'avait pas fait son maximum dès le début. Comme il l'avait prévenue dès le début, il l'a quittée !

(hbieser, Pixabay)

(hbieser, Pixabay)

La réalité, c'est qu'il faut effectivement mettre les banques en concurrence pour leur faire baisser le taux d'intérêts. Et plus on va en voir, plus on se donne de chances de revenir vers notre banque personnelle avec l'offre d'un concurrent pour lui demander de s'aligner voire de faire une meilleure offre (tant qu'à faire, autant s'épargner la corvée de changer de banque, surtout si on y est bien). Autant de rendez-vous à prévoir, de copies de nos documents à fournir (en gardant à l'esprit que les banques ne se gênent sûrement pas pour les garder et les utiliser pour répertorier les différents profils)... Pour que cela vaille vraiment le coup, je doute que voir 2-3 autres banques suffise : il n'y a qu'à voir les offres proposées par nos 3 banques personnelles, elles étaient à peu près alignées.

Le courtier lui, va non seulement soumettre notre dossier à un nombre plus important de banques que nous ne l'aurions fait nous-mêmes, mais en plus il peut proposer à ces banques un grand nombre de clients et ainsi obtenir des taux encore plus avantageux. Je ne pense pas qu'on puisse l'égaler, tout simplement. Les avantages sont donc multiples puisque nous n'allons fournir nos documents qu'une seule fois, et que nous n'allons avoir qu'un nombre limité de rendez-vous, toujours avec lui (d'autant que beaucoup de choses peuvent se régler par téléphone ou mail de nos jours).

En théorie, c'est donc un très bon plan, et le courtier est souvent rémunéré par les banques, au moins en grande partie. Le notre nous demandait 1 500€ de frais de courtage si et seulement si nous faisions affaire avec une banque qu'il nous présentait (c'est la loi, ils ne peuvent exiger d'être payés pour leur travail de recherche si on ne fait finalement pas affaire avec eux) ; avec l'économie qu'il fait faire sur les intérêts, on s'y retrouve toujours largement.

Sauf que nous avons enchaîné les déconvenues avec le notre, et je conviens que la situation aurait certainement été toute autre avec un autre courtier comme l'une d'entre vous l'a raconté en commentaire du précédent article. Mais on ne pouvait pas savoir à l'avance, et il nous avait tout de même été conseillé.

(geralt, Pixabay)

(geralt, Pixabay)

Le premier souci que nous avons rencontré c'est qu'il a semble-t-il omis une information capitale lors de notre premier rendez-vous : nous ne devions pas demander d'offre à nos banques respectives. Leur demander une simulation au départ ok, mais leur demander de faire une offre une fois qu'on a trouvé un bien, et il disait ensuite ne plus pouvoir lui-même approcher ces banques-là.

Ma banque personnelle se situait dans une autre région (sud-ouest alors que nous vivons à Nice, héritage de mes pérégrinations) et les banques sont semble-t-il souvent indépendantes entre elles d'une région à l'autre ; du coup, pas de souci pour la mienne, il pouvait toujours demander à la succursale Méditerranée de faire une offre.

La banque de mon conjoint, également dans une autre région, lui a conseillé de demander une offre à une agence locale : le courtier ne pouvait donc plus lui demander d'offre de son côté alors qu'il aurait certainement obtenu mieux que nous pour les raisons déjà évoquées.

Ce n'était pas le genre d'information qu'il fallait oublier de nous donner ! Bizarrement pourtant, lorsqu'il nous a présenté les offres qu'il avait obtenues, il était allé voir cette fameuse banque... Je ne sais donc pas s'il s'agit d'une vraie règle ou s'il nous menait en bateau !

(myrfa, Pixabay)

(myrfa, Pixabay)

Ensuite le principal souci que nous avons eu avec lui, c'est sur la fourniture de documents. Il avait bien une liste pré-établie de documents à lui fournir, mais elle ne comprenait pas tous les cas possibles (par exemple mon handicap me donne droit à une pension dont nous pouvons tenir compte dans nos ressources, il faut donc fournir un justificatif). Travaillant dans l'administration, je sais pourtant qu'il est possible d'établir une liste complète de pièces à fournir, quitte à préciser que telle pièce n'est nécessaire que dans tel cas. Ca fait une liste longue comme le bras, mais au moins on sait tout ce que l'on doit fournir dès le départ. Soit, après le premier rendez-vous, nous avions donc ajouté quelques éléments supplémentaires à fournir, parmi lesquels des documents qui allaient nécessiter un peu de temps.

Par exemple, il était conseillé de solder notre prêt voiture pour pouvoir payer de plus grosses mensualités sur le prêt immo et donc réduire le taux d'intérêts. Il fallait par conséquent prouver que nous demandions à solder ce prêt, et plus tard fournir la preuve qu'il était soldé : comptez plusieurs semaines !

Mon conjoint a bénéficié à cette occasion d'un don de la famille pour nous aider. Il existe des documents officiels des impôts pour cela et il a donc fallu attendre le retour du document visé par l'administration. Sauf que le courtier a exigé encore plus : il a voulu des relevés de compte des parents de mon conjoint pour pouvoir justifier de l'origine des fonds... C'était semble-t-il à la demande d'une banque dont il pensait pouvoir obtenir une très bonne offre. Là, nous avons commencé à trouver la demande un peu abusée, d'autant que nos banques en parallèle se contentaient tout à fait du document des impôts. Il a suffit d'un coup de fil à ma belle-mère pour calmer le jeu : elle était tellement outrée qu'elle a tenu à l'appeler elle-même. Sa propre banque a trouvé la demande scandaleuse et a déconseillé à sa cliente d'accéder à leur demande ; elle était prête à fournir un courrier attestant la régularité des fonds à la place mais le courtier (et la banque soit-disant intéressante derrière lui) semblait vouloir rester bloqué sur sa demande ! L'excuse avancée était la vérification qu'il ne s'agissait pas d'un blanchiment d'argent... Dans la société dans laquelle on vit, aller chercher des citoyens lambda sur ce point pour un petit don de quelques milliers d'euros alors que les grands de ce monde s'en donnent à coeur joie, ça fout un peu la gerbe, pardonnez l'expression ! Pour moi ici, le rôle du courtier aurait dû être de calmer la banque sur ses exigences en matière de documents, puisque aucune de ses concurrentes ne poussait aussi loin.

Au fur et à mesure que les semaines passaient, nous entamions un nouveau mois et le courtier en a alors profité pour nous demander nos nouvelles fiches de paye en plus des trois déjà fournies ; et tant qu'à faire, aussi nos derniers relevés de banque : il n'y a pas de limites dans le profilage...

Pour les quelques travaux que nous prévoyions dans le logement, il ne voulait pas non plus se contenter de devis dans lesquels nous avions rayés certains postes de dépenses (le fameux carrelage que nous ne voulions finalement pas faire) : il fallait les refaire faire (en plein mois d'août, période top pour demander des devis aux artisans...) ! Encore une fois, les autres banques acceptaient les devis initiaux, et moi-même, travaillant pourtant dans l'administration, je ne suis pas aussi rigide avec les devis qui me sont fournis pour des dossiers de financement !

Et finalement, la même banque a priori intéressante exigeait même que nous signions les devis avec les artisans. S'engager dans des travaux pour un logement dont nous ne sommes pas encore propriétaires... ça me mettait un chouilla mal à l'aise !

Avec toutes ces demandes abracadabrantes, il nous a fallu un mois et demi pour réunir les documents demandés, soit deux semaines de plus que pour nos banques (et encore notre dossier n'était toujours pas complet pour cette satanée banque intéressante mais pénible). Il a ensuite fallu attendre encore un mois pour que le courtier nous présente les offres qu'il avait obtenues... contre 3 jours pour nos banques.

(ElasticComputFarm, Pixabay)

(ElasticComputFarm, Pixabay)

Le coup foireux de trop a porté sur l'offre de la fameuse banque intéressante. Elle ne mentionnait pas qu'un délai nous était accordé le temps des travaux, durant lequel nous ne payons pas les mensualités pleines mais seulement les intérêts et l'assurance du prêt (soit 2/3 de moins que les échéances pleines tout de même !). La banque précisait oralement que ce serait fait mais ne le faisait pas apparaître à l'écrit. Je ne sais pas vous mais moi, quand je signe un contrat, j'adhère à toutes les clauses qui y sont écrites ; si quelque chose manque, c'est comme si la banque ne s'y engageait pas... Faire confiance, ça a ses limites, et dans ce cas-là, alors que toutes les banques faisaient apparaître une phrase à ce sujet sur l'offre, et alors que le site Internet de cette satanée banque précisait lui-même que cette clause devait figurer au contrat, ils se sont acharnés. Eh bien là, j'ai dit stop : j'ai dit au courtier que si ça ne figurait pas, nous ne signerions pas. Il aurait pu insister auprès de la banque, après tout je ne comprends vraiment pas leur prise de position. Mais je n'ai plus jamais entendu parler de lui, il n'a même pas pris la peine de me répondre.

Nous étions retournés voir nos banques avec la meilleure offre du courtier ; sous 6 jours nous avions une contre-offre, pas aussi intéressante sur le taux mais presque. C'est donc avec elle que nous avons signé.

(Meditations, Pixabay)

(Meditations, Pixabay)

Je pense que nous ne sommes pas forcément très bien tombés. Et vous l'aurez compris à la lecture de l'article, c'est surtout une banque qui joue un drôle de jeu en proposant des taux intéressants mais en ayant des exigences trop poussées et des façons de faire un peu floues.

D'ailleurs, j'attire votre vigilance sur les façons de faire de certaines banques. Sous prétexte de vouloir attirer de jeunes clients (et elles ont raison, elles ont ensuite de grandes chances de les garder toute leur vie, c'est si pénible de changer de banque !), elles font des offres alléchantes mais se permettent de drôle des choses : ayez conscience de vos limites !

Surtout dans notre cas, je considère que c'était le rôle du courtier que d'aligner les banques, dans leurs exigences a minima également.

Le jour où nous avons un nouveau projet, je pense que nous ferons de nouveau appel à un courtier ne serait-ce que pour pousser nos banques à faire des contre-offres intéressantes ; et peut-être même ferons-nous affaire avec lui. Mais je ne me contenterai pas de demander à l'agence qui vend le bien de nous conseiller quelqu'un comme on l'a fait cette fois, j'irai demander à mes collègues par exemple et de me raconter comment ça s'est passé.

Mais tout de même, je suis assez d'accord avec mon père pour dire qu'idéalement, on a pas que ça à faire : si les banques tiennent à leurs clients, elles devraient leur proposer ce qu'elles font de mieux d'emblée ; mais il faut croire qu'elles préfèrent toujours jouer à ce drôle de jeu pour essayer de grappiller des sous...

 

Et vous, une expérience avec un courtier ? Que pensez-vous de la façon dont ça s'est déroulé pour nous ? Auriez-vous réagit différemment ?

Commenter cet article

Emiliekisslajoue 15/12/2016 18:33

Hello ;-) c'est avec intérêt que j'ai lu la suite de ton aventure d'achat immobilier. C'est vrai que nos situations ne sont pas similaires donc difficile de comparer. Et cette fameuse banque qui fait des demandes extravagantes ! Au final, vous avez bien fait de ne avoir fait affaire avec ce courtier.
Allez, dans quelques semaines à peine, vous serez propriétaires et ça c'est chouette !

LeMerlanFrit (Fanny) 16/12/2016 08:18

Oui après encore quelques péripéties, la signature doit bien avoir lieu lundi, j'ai hâte !
Au fait, j'ai pensé à toi, l'article sur ma préparation à la naissance est sorti il y a quelques jours ;)

Rozie 15/12/2016 18:04

Merci pour ton retour d'expérience, que je lis avec interêt.
L'année prochaine, nous aussi, on se lance dans la grande aventure du premier achat. Et comme je ne m'y connais rien, j'avoue avoir très peur de me faire avoir.
Je ne savais absolument pas qu'un courtier pouvait faire ça (je ne savais même pas vraiment ce que c'était d'ailleur, que d'être courtier ...), donc c'est très interessant ! Je prends note !!

LeMerlanFrit (Fanny) 16/12/2016 08:17

Ah tu vas voir, c'est un monde !! Il y a beaucoup d'informations à intégrer, mais on trouve beaucoup de choses sur Internet de la part de sources fiables.
Je dirais que le principal c'est de se sentir en confiance avec les interlocuteurs. Il y a tout un tas d'informations que le propriétaire doit te transmettre sur l'état du bien, il faut bien lire les documents que tu signes au moins une fois, mais franchement tu disposes à chaque fois de délais suffisants pour ne pas avoir le sentiment que les choses t'échappent.
Je vous souhaite de trouver un super nid :)