Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tranche de merlan

Mon 3è trimestre de grossesse : le bilan

7 Juin 2017, 23:08pm

Publié par LeMerlanFrit

Oui ma puce est née il y a plusieurs mois déjà et je galère à rester bloguesquement active (inventons des mots, n’ayons pas peur !), mais heureusement grâce au suivi que j'envoyais chaque semaine à ma famille et à quelques notes prises à côté, je ne devrais pas oublier ou déformer grand chose. Alors procédons par ordre voulez-vous : comment s’est passé notre troisième trimestre ?

 

  • Mon corps

Ce n’est qu’au début de ce trimestre que mon ventre ne laissait plus le moindre doute sur le fait qu’il était habité, et encore j’ai remarqué que certaines tenues vestimentaires rendaient la chose très discrète ! Ainsi je n’ai à aucun moment été arrêtée dans la rue ou dans les magasins pour me demander si c’est pour bientôt ou essayer de toucher mon ventre (peut-être que ma façon de marcher sans jamais croiser les regards joue aussi !)… et ça ne m’a pas manqué !

Nous avons quand même profité de mes formes pour faire une séance photo avec une photographe professionnelle : ça nous fait de très chouettes souvenirs du gros bidon ! (et ça a aussi fait quelques cadeaux de Noël pour la famille sous forme de tirages !!)

Crédit photo : Stéphanie Toselli (http://www.stephanietoselli.com/)

Crédit photo : Stéphanie Toselli (http://www.stephanietoselli.com/)

Il a fallu une seconde séance d’ostéopathie pour me débarrasser définitivement de douleurs au milieu du dos qui allaient et venaient d’un côté puis de l’autre. J’ai fait très attention par la suite à ne pas vriller mon dos dans mes mouvements (du genre quand on veut attraper quelque chose à l’arrière de la voiture tout en étant devant, on vrille souvent sa colonne dans ce cas !).

 

Côté sommeil, à compter de la 34e semaine, il m’est devenu difficile de rester dans la même position toute la nuit : je faisais un sacré remue-ménage avec le coussin d’allaitement que je coinçais entre mes jambes et un peu sous mon ventre (Futur Papa était ra-vi !). A partir de la semaine 38, j'ai commencé à avoir quelques insomnies… Paraît-il que c'est le corps qui anticipe les nuits hachées, quelle drôle d'idée ! Mes débuts de nuit étaient pas mal gâchés par le reflux gastrique : les positions relevées et le machin prescrit par le gynéco (c'est comme manger du dentifrice ce truc !) n’y ont pas changé grand chose...

 

J’étais cependant été suffisamment en forme pour décaler le début de mon congé maternité de 2 semaines, mais il faut dire que ça tombait bien pour moi : ça coïncidait avec les congés de fin d’année que j'avais prévus de prendre. L’assistante médicale de mon gynéco m'avait de toute façon prévenue que je ne pourrais sûrement pas décaler de 3 semaines car je ne tiendrais pas et elle avait raison : c'est à compter d'un mois avant le terme que je ne me serais plus sentie d'aller bosser.

 

Au niveau poids, j'aurais pris au final 12 kg, mais je trouve qu'ils ne se sont pas vraiment éparpillés, comme si tout était concentré sur mon ventre (chance !).

 

En somme je n’ai franchement pas été très embêtée et ça a grandement participé au fait que j'ai bien apprécié être enceinte… à l'exception de deux nouvelles thromboses qui se sont pointées respectivement pour Noël et le jour de l’an… Vraiment de très mauvais souvenirs ! Après ça, le spécialiste m’a dit que je ne craignais plus rien : je les avais toutes faites (youpi ?).

Là telle que vous me voyez j'ai mal au c*l... Joyeux Noël !!!

Là telle que vous me voyez j'ai mal au c*l... Joyeux Noël !!!

  • Préparation (article dédié ici)

Physiquement, j’ai donc été très en forme jusqu’au bout et n’ai pas eu l’impression d’être tant une baleine que ça (oui même m’épiler les pa-pattes, mettre mes chaussures et me lever de mon lit ça restait gérable !). Lors de leur venue au cours du 7è mois, mes parents ont été étonnés que je sois capable de me balader si longtemps, presque à mon rythme habituel mais franchement je ne forçais pas, je prêtais juste attention à mon équilibre, mon centre de gravité ayant changé, pour éviter à tout prix de tomber. Je suis allée à la piscine jusqu’au bout comme prévu pour exercer mon endurance et rester souple (et c’est la première fois de ma vie que j’ai ressenti le fameux plaisir de me dépasser en sport, c’était pour une si belle cause !).

 

En haptonomie, Futur Papa a continué ses échanges avec Bébé, un peu moins assidûment qu’au début mais il faut dire que la puce avait moins de place pour évoluer et venir interagir. Il y a quand même eu cette fois qui lui a fait monter les larmes aux yeux où pour finir sa séance il “bisouillait” mon ventre là où devaient se trouver la tête et les bras de Bébé et il a senti des caresses toutes douces sur sa joue...

Il a appris à demander à Bébé de basculer vers l’arrière de mon bassin. C’était un bon exercice pour soulager mon dos et potentiellement intéressant pour le jour J pour aider Bébé à se diriger vers le “canal de naissance” (cette expression me fait marrer j’dois dire, mais c’est plus poétique que les termes anatomiques !). Pour Futur Papa, c’était aussi assez sympa de sentir le poids bouger d’avant en arrière, ça lui donnait d’autant plus conscience de la corpulence de Bébé.

Il y a aussi eu une séance centrée sur la douleur, je crois que je m’en souviendrai longtemps… C’est pas souvent que je paye une séance pour me faire pincer très fort ! Mais la leçon était intéressante : si on maintient une pression au moment où elle commence à faire mal, la douleur se dissipe et on peut exercer plus de pression et ainsi de suite. Bon au fur et à mesure le signal de douleur dure plus longtemps mais il se dissipe toujours, c’est intéressant à savoir. Après je crois que comme beaucoup, je me raccrochais surtout au fait que les contractions sont des vagues qui montent, atteignent un pic puis redescendent et que le repos entre chacune est bien là pour nous aider à tenir le coup.

Futur Papa a également appris une manipulation à me faire lorsque je suis allongée pour effacer ma cambrure et soulager mon dos, très utile !

Les manipulations devaient toujours s’accompagner de légers bercements de la partie du corps qu’il voulait bouger à chaque étape pour que je sois bien détendue : on a retenu l’idée pour nos massages, ça ajoute une réelle détente.

Enfin Futur Papa a aussi appris à m’aider à me retourner le jour J. Ce qui était intéressant là-dedans c’est que l’intervenante lui apprenait à faire tout ça facilement, sans forcer, pour ne pas se faire mal lui-même, et c’est vraiment pas inné !

De mon côté, j’ai également appris à faire “remonter” Bébé vers le haut en faisant mine de la serrer dans mes bras (mais sans appuyer sur mon ventre, juste en le touchant) ; j’avoue avoir été à moitié convaincue par l’efficacité de la chose…

Ces séances nous auront quand même fourni de nombreux outils utiles (et sympas pour le futur papa !) pendant la grossesse ou pour le jour J, on ne regrette pas du tout de les avoir incluses à notre préparation !

 

En sophrologie, Futur Papa m’a accompagnée une fois et j’étais juste verte : il était capable de se détendre à vitesse grand V (pour dire, il s’est même endormi un instant) alors que la sophrologue s’adressait à moi en priorité et que l’homme n’est pas du genre à l’aise avec les inconnus… De mon côté, il m’était toujours difficile de me détendre, de lâcher vraiment prise et arrêter de penser à tout ce que j’avais en tête (entre les travaux de notre nouvel appart’ à suivre et les cartons à avancer, y’avait de la charge mentale dans l’air comme on dit depuis peu !). Je me suis néanmoins davantage entraînée le dernier mois mais pas autant que je l’aurais souhaité, et je n’ai pas eu de faux travail que j’attendais un peu pour avoir des chances de tester mes capacités de détente...

 

J’ai enfin pu attaquer le yoga prénatal à proprement parler. Je regrette de ne pas avoir insisté pour aller à ces séances dès le début car c’était l’occasion de rencontrer et discuter avec d’autres futures mamans et les relaxations/visualisations axées sur les vagues des contractions étaient vraiment bonnes à prendre. Nous avons également fait une séance en couple qui nous a permis de tester diverses combinaisons d’outils et positions pour me soulager le jour J et ne pas se retrouver démunis face à la simple idée d’être mobile pour soulager la douleur (ok mais on peut faire quoi comme positions ? et il ne s'agit pas de se faire mal !).

 

  • Bébé

Lors de ce trimestre, les échographies n’étaient plus aussi sympathiques : Bébé cachait souvent son visage derrière un bras, on avait plus vraiment de capture d’écran exploitable du coup ! On a regretté de ne pas avoir filmé les premières où on pouvait clairement voir son visage en entier, le voir s'animer et notamment la voir avaler du liquide amniotique (on aurait dit qu'elle faisait des bisous c'était trop chou ^^).

 

A partir de ce trimestre, il m’a été impossible de passer à côté des coups et mouvements de Bébé. Même en étant très concentrée sur mes activités, je sursautais et me concentrais alors sur ma petite ondine. Il est arrivé plusieurs fois que je sois réveillée la nuit : mademoiselle faisait déjà la java à pas d’heure...

Y'a d'la vie là-d'dans !

A compter de la semaine 32, il m'a semblé qu’elle s’était mise tête en bas : je ne sentais plus ses coups de pied qu'en haut. Ça a été confirmé à l'écho suivante, et elle ne s'est plus retournée. J'ai profité de l'écho pour demander où se trouvait le placenta, à quel niveau était sa tête exactement et dans quel angle elle était. La placenta se situait à l'avant de mon ventre et ma petite colocataire avait le plus clair de son temps le dos logé à droite de mon ventre. Ca m’a permis de mieux imaginer sa position suivant les sensations de coups de pied et de mains qui bougent (et font comme des chatouilles DANS le ventre, sensation assez étrange !).

A compter de la semaine 39, je la sentais parfois appuyer vers le bas, sans pour autant me retrouver à marcher en canard, mais sur le coup on se demande si ça ne va pas arriver là tout de suite !

 

Dès la semaine 33, je sentais de légers soubresauts quand elle avait le hoquet, c’était chou… Futur Papa a aussi réussi à l’entendre en posant son oreille, quel privilège ! Il a souvent essayé d’entendre son pouls sans succès mais il y est finalement arrivé une fois, il faut dire qu'il n’est pas évident qu’elle soit tournée comme il faut et qu’il pose son oreille au bon endroit !

 

A un mois du terme, on m’a annoncé un bébé faisant déjà 50 cm et 3,2 kg… panique à bord ! C’est aussi pour cette raison que j’ai grosso modo disparu de la blogosphère à compter de début janvier : je me suis empressée de tout boucler au cas où elle arriverait plusieurs semaines avant le terme. Deux semaines plus tard, elle était censée faire 52 cm et 3,4 kg. Le gynéco tablait sur un bébé de 53 cm et qui irait jusqu’au terme voire 1-2 jours au-delà… Avait-il eu raison ? La suite au prochain épisode !

 

 

Une chose est sûre, Futur Papa avait hâte de rencontrer sa fille, et essayait de la convaincre de sortir (jusqu’à imaginer des stratagèmes qui resteront dans les annales, aka souffler sur le fumet du poulet rôti dans sa direction !)... tandis que pour moi le maître-mot était de profiter de toutes ces sensations et de cette cohabitation qui ne me déplaisait vraiment pas… bien au contraire !

Faut dire, on est pas bien là ?

Faut dire, on est pas bien là ?

Commenter cet article