Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tranche de merlan

Le cas des personnes nocives

11 Août 2015, 14:55pm

Publié par LeMerlanFrit

Qui n'a jamais rencontré quelqu'un qui lui a fait du mal ? Et à la fois, qui n'a jamais blessé qui que ce soit ?

Il y a pourtant encore une autre catégorie de personnes : celles qui font du mal volontairement, dans le but de nuire, sans qu'on comprenne ce que ça peut leur apporter. Il y a même, dans les cas les plus extrêmes, des individus capables de cacher à merveille leurs intentions derrière un masque très sympathique.

Face à ces situations, le seul conseil qu'on voit partout, c'est de fuir. C'est sans compter sur le temps qu'il faut parfois pour bien repérer le problème (autant éviter les conclusions trop hâtives), et les dommages que ces personnes nous auront d'ores-et-déjà infligés. C'est sans compter sur des obligations qu'on peut avoir de subir encore un temps cette situation pour ne pas ruiner des mois ou des années d'efforts, ou même se retrouver à la rue...

La manipulation (Kaboompics_com, Pixabay)

La manipulation (Kaboompics_com, Pixabay)

Dans mon premier travail, j'ai été confrontée à une chef qu'on peut qualifier sans hésiter de manipulatrice perverse narcissique. Soufflant le chaud et le froid, elle pouvait se montrer très agréable, puis tout à coup nous mettre plus bas que terre. J'ai été obligée de plier l'échine des mois durant, mon intégration définitive dans la boîte dépendant d'elle (et j'avais travaillé 2 ans pour y entrer).

J'aurais pu essayer de rejoindre mon homme assez vite dans une autre région, mais nous avons finalement opté pour le faire venir (on travaille dans la même boîte), la vie étant beaucoup plus chère où il était et parce que mon poste correspondait à la filière que j'avais choisie alors que lui non. Avec le recul, je crois que nous avons mal choisi, car même s'il n'était pas dans sa filière de prédilection, il travaillait avec une super équipe, son meilleur souvenir professionnel à ce jour.

Nous avons quand même décidé de fuir notre enfer à deux plus tôt que prévu, mon copain ayant eu à subir non pas seulement cette chef, mais une deuxième en plus, dans un autre registre mais tout aussi nocive (sans aucun tact, qui prend les autres pour de la merde et ne leur délègue pas de travail).

Nous avons choisi notre nouvelle affectation avec beaucoup de précaution mais aussi beaucoup au ressenti. Mon copain avait déjà fait un stage parmi cette équipe il y a quelques années, nous avons eu un super contact avec le chef, et les éventuels futurs collègues croisés lors de l'entretien avait l'air très sympas.

Mon homme voulait postuler sur une mission réputée difficile bien qu'intéressante, et d'ailleurs cela faisait presque deux ans que le poste était vacant. En attendant notre éventuelle arrivée, le service a recruté un CDD sur ce poste pour pallier au manque.

Il y a cependant eu un cafouillage : la personne recrutée en CDD a cru à un moment donné que le poste était pour elle, qu'elle allait intégrer la boîte, chose qui n'arrive que très rarement, et jamais aussi vite, tout le monde le sait. Elle a alors très mal vécu d'apprendre que nous arrivions, ce que nous comprenons totalement. A la fois, mon copain faisait partie de la boîte et pas elle, elle devait assurer une sorte d'intérim et le service avait besoin de quelqu'un d'enfin fixe sur cette mission ; en tous les cas, nous n'y étions pour rien si certaines personnes lui avaient donné de faux espoirs.

Les fissures en soi créées par les autres (liqionary, Pixabay)

Les fissures en soi créées par les autres (liqionary, Pixabay)

Le contrat de cette personne s'est achevé un peu après notre arrivée, ce qui en soi devrait être très bien pour passer le flambeau, bien qu'un peu délicat. Malgré tout le tact dont mon homme a fait preuve, cette personne s'est mise à multiplier les entourloupes. Elle essayait de le faire douter, lui donnait des consignes éronnées, et disait à certains clients qu'il allait s'occuper de leur dossier sans le prévenir lui-même, quand elle ne lui volait pas carrément des affaires. Il découvre tous les jours des coups fourrés.

Maintenant qu'elle est partie, quelques langues se délient : avant même notre arrivée, elle a dit que même si elle ne nous connaissait pas, elle ne nous aimait pas, parce que mon homme lui "volait son poste". Elle a véritablement cassé du sucre sur notre dos avant même que nous arrivions, sans même nous connaître !! Le travail de sape a très bien marché sur certains : ils peinent à croire ceux qui ont un peu plus appris à nous connaître, que nous sommes des gens sympas. Nous ne savons pas à combien de personnes elle est allée tenir ses propos, et nous ne pouvons pas rentrer dans le tas et révéler ses méfaits car elle était semble-t-il très appréciée et son travail reconnu (alors que mon chéri découvre tous les jours des boulettes monumentales). Encore une fois, c'était quelqu'un capable de porter un masque, elle s'est parfois montrée très agréable avec nous, et c'est sur le ton de l'humour et avec un large sourire qu'elle a dit à mon chéri juste avant son départ qu'elle reviendrait faire coucou de temps en temps et qu'elle le pousserait dans l'escalier à l'occasion. Qu'est-ce qu'on rigole...

Après avoir vécu 4 ans de harcèlement (2 pour mon chéri), j'espérais avoir fait ce qu'il fallait pour enfin respirer. Mais force est d'admettre que les personnes toxiques courent les rues. Il me faut donc puiser encore un peu de la force qu'il me reste pour que notre intégration finisse par réussir, laisser le temps faire son œuvre et combattre les préjugés à notre encontre, alors que cela aurait été tellement plus rapide et naturel sans individu malsain sur notre route.

S'accrocher quoiqu'il arrive... (dweedon1, Pixabay)

S'accrocher quoiqu'il arrive... (dweedon1, Pixabay)

Je vous avoue que j'en viens petit à petit à perdre foi en l'humanité. Je n'ai jamais cru vivre dans le monde des bisounours entendons-nous bien, j'avais déjà vécu des moments difficiles socialement parlant. Mais la méchanceté gratuite sous un masque d'ange, je ne connaissais pas et je n'imaginais pas qu'il en existait tant.

Ma chef MPN n'a rien gagné à me faire du mal : j'ai été tétanisée au travail, j'ai perdu petit à petit toute motivation et je suis finalement partie. Cette collègue était venue pour une mission de quelques mois et a essayé d'enterrer deux nouveaux arrivants sans même les connaître parce qu'elle était déçue. Vraiment, je ne comprends pas... Je crois qu'il y a eu de gros ratés dans l'éducation de ces personnes ou dans la connexion de leurs synapses ; elles ont un gros grain, et du genre à pourrir la terre qui les entoure.

Et vous, avez-vous déjà vécu ce genre de situation? Arrivez-vous à les repérer rapidement ? à les fuir facilement ?

Désolée pour ces quelques articles un peu lourds sur le cœur dernièrement ; promis, le prochain sera plus gai !!

Commenter cet article

Rozie 16/08/2016 15:58

Je crois que ces personnes ont besoin d'avoir une emprise sur les autres parce qu'elles ne sont jamais assez satisfaites de leur vie. Troubler les autres leur offre du réconfort, une sorte de contrôle, elles se sentent maitresses du monde et tentent de se persuader que personne ne leur résiste (ce qui n'est pas faux). Souvent elles sont à des postes clé, qui leur permettent d'assouvir leurs besoins. C'est effrayant. Il n'y a rien à faire d'autre que fuir, comme tu le dis si bien ...

MischievousFairy 16/08/2016 16:03

Oui c'est tout à fait le profil.. somme toute pathétique. Quelle tristesse qu'elles excellent si bien dans ce domaine, combien de gens brisés... La plus belle revanche qu'on puisse s'offrir, c'est de sortir de leur emprise et de parvenir à être parfaitement heureux, elles ne connaîtront jamais ça !!

Ethamtam 12/08/2015 15:22

Dur dur... malheureusement, il y en à quand même pas mal des gens comme ça...
J'en ai fait l’expérience
Courage ! :)

MischievousFairy 12/08/2015 16:05

Arf je ne pensais pas qu'il pouvait y en avoir tant... Autant on a l'habitude des gens qui nous font du mal sans faire exprès, parce que ça les arrange ou par bêtise, autant juste pour être mauvais, c'est un autre niveau.